Aller au contenu

Une histoire d’amour avec les personnes aînées du Québec qui dure depuis 1962

Les Petits Frères ont su se développer au fil du temps pour être toujours plus présents auprès des personnes aînées, et ce partout à travers la province.

Une longue histoire sous le signe de la solidarité

1946

Fondation de l’organisme Les Petits Frères des Pauvres en France par Armand Marquiset

1959

Première implantation des Petits Frères des Pauvres en Amérique du Nord, à Chicago

1962

Fondation des Petits Frères des Pauvres au Québec par Maurice Ouellet et Hubert de Ravinel, rue Bleury

rue-bleury

1963

La comédienne Juliette Huot (1912-2001) s’associe à la cause

a9xgrx9m_1r5eohj_7b4

1968

Emménagement au siège social de la rue Garnier à Montréal

garnier_histoire

1981

Ouverture de la Boutique Les Petits Frères des Pauvres à Montréal

1986

Nouvelle équipe régionale à Sherbrooke

premier-local_sherbrooke_2

1987

25e anniversaire de l’implantation des Petits Frères à Montréal et mise en place de l’équipe régionale de Québec

25e-anniversaire-1987-1

1988

Acquisition de la Maison de vacances Juliette-Huot à Oka

copie-de-a9hh6e56_1u4r744_9k

1997

Jean Doré (1944-2015), 39e maire de Montréal, désigne la fleur de seringat, fleur de l’amitié, emblème des Petits Frères

978b916774_50178225_seringat-s-chaillot-1600

1998

Nouvelle équipe régionale au Saguenay

2002

Nouvelle équipe régionale à Trois-Rivières

local-trois-rivieres-2-2

2006

Acquisition du chalet du Lac St-Joseph et mise en place des équipes régionales de Rimouski et Thetford Mines

chalet-2015-240

2007

L’actrice Béatrice Picard est nommée marraine de l’organisme

2012

Nouvelle équipe régionale de Laval et changement de nom pour conserver Les Petits Frères (et retirer des Pauvres)

photoalarie-photos_inauguration_equipe-petits-freres-de-laval_2013

2013 – 2019

Poussée de croissance et création de nouvelles équipes régionales de la Montérégie, Lévis, Basses-Laurentides, St-Jérôme, Sud de Lanaudière, Ouest de l’île de Montréal et Sud-Ouest de Montréal

petitsfreres-oct2014-26

2020

Mobilisation pandémique et création de l’accompagnement téléphonique Au bout du fil (maintenant nommé Près de chez vous)

2021

Nouvelles équipes régionales à Granby et Gatineau

petits_frere_granby_146_credits_jessy-brown_la-voix-de-lest-1-1-scaled

2022

60e anniversaire et nouvelle image de marque

311591730_5412212408898619_7685411945574568414_n

Une mission qui débute en France avant de s’étendre au Québec

Alors qu’il visite régulièrement sa grand-mère dans une résidence, Armand Marquiset, jeune homme dans la vingtaine, est frappé par les conditions misérables dans lesquelles se trouvent de nombreuses personnes âgées dans la France de l’entre-deux-guerres. Marqué par l’œuvre de sa grand-mère auprès des personnes les plus démunies, il décide, à la mort de celle-ci en 1946, de fonder Les Petits Frères des Pauvres.

C’est en 1962 qu’Hubert de Ravinel et Maurice Ouellet fondent Les Petits Frères du Québec. Ce dernier dirige d’abord seul l’organisme à Montréal, sur la rue Bleury, dans une ancienne maison de chambres. Par la suite, Hubert de Ravinel, fort de son expérience française auprès de Marquiset, viendra le seconder. Il dirigera ensuite l’organisme jusqu’en 1977, d’abord sur la rue Bleury, puis au 4624, rue Garnier, qui abrite encore aujourd’hui le siège social.

L’organisme s’est développé sans cesse depuis ses débuts, grâce à la générosité des bénévoles et donateurs qui s’y sont investis au fil des années. Il est aujourd’hui présent dans 12 régions de la province et compte offrir davantage de soutien et d’amour à un nombre croissant de personnes aînées au cours des prochaines années.

L’action des Petits Frères se démarque dans une société qui s’organise principalement autour de la jeunesse et de la population active. Les efforts de l’organisme sont donc essentiels pour faire face aux enjeux démographiques d’une population vieillissante. Un phénomène qui va s’amplifier dans les prochaines années et qui demande de se responsabiliser et de se mobiliser dès aujourd’hui.

Photo d'Armand Marquiset en habit trois pièces. Il est sur un bateau.

« On ne donne une marque d’amour qu’en apportant au-delà du nécessaire. »

Armand Marquiset (1900-1981)
Portrait d'Hubert de Ravinel qui sourit.

« Vous comptez à nos yeux, votre vie et vos rêves ont encore de l’importance, et nous serons avec vous jusqu’au bout de la vie. »

Hubert de Ravinel (1934-2022)

Notre devise : Les fleurs avant le pain

Photo de petites fleurs blanches avec plusieurs pistil jaune. (Peut-être des Potentilla en éclosion.)

L’emblème de l’organisme est la fleur qui exprime l’attention, l’amour et la fraternité. Nous avons choisi la fleur de seringat en particulier puisqu’elle incarne la mémoire et le souvenir.

Il s’agit ainsi de symboliser notre attachement à nos Grandes Amies et Grands Amis. De montrer notre désir de leur apporter avant tout de la chaleur et de la gaieté. Nous souhaitons leur faire savoir aussi qu’à l’image de la fleur de seringat nous ne les oublions pas.

Armand Marquiset, Fondateur des Petits Frères des Pauvres, disait : « Le pain sert à nourrir le corps, il est nécessaire et bien utile de manger à sa faim, recevoir les soins de base, vivre dans un logement décent. Les fleurs, c’est pour nourrir le cœur, partager amour et tendresse, se sentir important pour quelqu’un, entretenir ses rêves, partir en vacances, se réaliser pleinement afin de se sentir vivant jusqu’à la fin. »

Les Petits Frères à l’international

Notre organisme est membre de la Fédération internationale des Petits Frères des Pauvres, qui regroupe 10 pays membres et 2 pays partenaires.

Fondée en 1979, elle permet aux associations nationales de partager leurs expériences tout à la fois différentes et similaires. Chaque association membre est autonome, indépendante financièrement, laïque, apolitique et non confessionnelle. Dans tous les pays, des milliers de personnes engagées sont fidèles à l’esprit du fondateur, Armand Marquiset.

Fort de notre expérience auprès des personnes aînées depuis 1962, nous avons développé une expertise poussée en gériatrie sociale afin de lutter contre le fléau de l’isolement.

Une aînée sourit et regarde à sa droite d'où une amie a posée une main sur son épaule.

S'abonner à l'infolettre